Achats en ligne de produits agroalimentaires : rupture et tendances confirmées


Les générations Y et X* sont les plus actives parmi les acheteurs en ligne de produits alimentaires, avec un taux de pénétration de l’ordre de 25%.

* les personnes nées entre 1965 et 1995

Aujourd’hui, il est facile de trouver des études sur le commerce en ligne, rares sont celles orientées sur le secteur agroalimentaire. Cependant, une firme européenne – SyndicatePlus, plateforme qui concentre les renseignements produits de plus de 3.000 marques pour les partager avec les développeurs ou les « etailers » (commerçants sur Internet), a réalisé cet exercice en Europe, plus spécialement en Allemagne, France, Pays-bas et Royaume-Uni. Il est important de comprendre qu’il s’agit par ailleurs des 4 pays les plus actifs en matière de commerce électronique en Europe.

Pour donner suite à notre premier article : L’agroalimentaire, un secteur stratégique pour le commerce en ligne – sur le commerce électronique et le secteur de l’agroalimentaire, voici quelques faits et chiffres qui viennent étayer notre vision. Ce qu’il faut en retenir.

Une rupture démographique

Contrairement à l’achat de produits vestimentaires, largement dominé par les femmes, les acheteurs de produits alimentaires en ligne représentent autant les hommes (49%) que les femmes (51%).

ecommerce-alimentaire-europe

C’est un marché dominé par les 25-44 ans. Pour une grande majorité d’entres eux :

  • Ils sont urbains (58%) et travaillent à temps complet (59%).
  • Ils possèdent un haut degré d’éducation et sont dans le quart le plus élevé en matière de revenus
  • Ils achètent pour 62% auprès de commerçants de proximité, à moins de 10 minutes de leur domicile.

ecommerce-alimentaire-europe-2

Des acheteurs contradictoires

Un panier d’achats en ligne plus élevé que le panier d’achats en épicerie…

  • Les achats en ligne sont supérieurs à 40 euros (environ 60$) pour 61% des paniers
  • En comparaison quand ils s’agit de paniers en épicerie, 66% sont inférieurs à 40 euros.

Mais des acheteurs moins fréquents en ligne qu’en épicerie.

  • 54% des acheteurs vont à l’épicerie chaque semaine quand seulement 20% achètent en ligne chaque semaine.

ecommerce-alimentaire-europe-3

Des achats multicanaux…

Les téléphones intelligents et les tablettes sont à égalités avec les ordinateurs dans les outils utilisés par nos acheteurs en ligne!

En réalité, les analyses montrent que l’acheteur en ligne n’est plus du tout monocanal quand il fait ses courses : il commencera à remplir sa liste d’achat sur un ordinateur chez lui (la liste de base) et la complétera depuis sa tablette (devant la TV et une émission sur la « bouffe », achat d’impulsion) ou son mobile (dans les transports en commun, idée de dernière minute ou réflexe face à une pub dans la rue). D’où l’importance d’avoir des sites de commerce en ligne adaptés aux différents écrans, et proposant des parcours utilisateurs adaptés à l’outil et au contexte.

Mais la mobilité au cœur du processus!

Plus que jamais la mobilité est au cœur des processus d’achats, car le client est de plus en plus nomade, passe de moins en moins de temps chez lui, et de ce fait souhaite optimiser ses tâches quotidiennes, pour consacrer le temps aux loisirs plutôt qu’au courses.

De ce fait, les courses sont faites pendant les déplacements mais aussi à la maison. L’utilisation du deuxième écran a décomplexé le « multitasking » aux heures de forte audience offrant au client une autre approche pour optimiser son temps : c’est à ce moment de la journée que les tablettes entrent en jeu, et on observe que 51% des possesseurs de tablettes achètent entre 21h et minuit.

La mobililité étend les horaires de la distribution en s’accaparant ainsi tous les instants pour les transformer en contexte d’affaires : dans une étude de Forrester les analystes ont constaté le lien entre la pub TV et la mobilité. Pendant qu’ils regardent la télévision, 57% des possesseurs de smartphone utilisent leur appareil pour une activité liée à ce qu’ils sont en train de regarder, 59% pour acheter un produit vu en publicité et 71% pour ce dernier point pour les possesseurs de tablettes.

Achats alimentaires en ligne : motivations et freins

Les produits non périssables ont la côte!

Les boissons représentent 55% des produits achetés, suivies par les produits laitiers à 42%.

Des chiffres qui pourraient changer rapidement si la vitesse et la flexibilité  des modes de livraisons devaient être optimisées. Une tendance qui commence à se dégager au Royaume-Uni ou denrées périssables et non périssables sont au coude à  coude.

La livraison à domicile plus populaire!

Les européens préfèrent être livrés que de récupérer leurs achats dans un point de vente ou un relais. Cependant en France on note des chiffres assez similaires sur les deux modes de livraisons, en raison, notamment de l’implantation de plus de 2.500 points de récupération des achats.

La facilité et la disponibilité des achats en ligne, un plus!

Les 3 raisons principales qui favorisent les achats en ligne en Europe sont :

  • La possibilité  d’acheter à toute heure
  • La facilité  de se faire livrer à domicile, et,
  • En lien avec la précédente, la non-nécessité de porter des sacs lourds.

Les coûts de livraison : un frein essentiel!

Des frais de livraison trop élevés, le principal frein à la croissance de ce mode d’achat, selon les personnes sondées.

Facteurs clés et tendances à surveiller

Les clés du succès?

Les prix des produits, coûts associés et la variété : selon 60% des personnes interrogées, le succès de la vente en ligne de produits agroalimentaire se fera grâce à :

  • Des tarifs compétitifs (rapport qualité/prix)
  • Une grande varéité de produits et de choix
  • Des coûts de livraisons moins élevés

Les tendances à suivre de près

  • L’usage de stratégies multicanal qui suivent les comportements des utilisateurs : les acheteurs en ligne s’attendent des détaillants qu’ils leurs offrent une expérience en ligne à la hauteur de leurs usages technologiques.
  • Être prêt pour la génération Y : c’est, et le restera longtemps, la plus forte proportions d’acheteurs en ligne. Aux détaillants de répondre à leurs habitudes de consommation, leurs modes de vie (les « gastrosexuels« ) et leurs attentes, d’autant que cette génération est ouverte à l’innovation et la nouveauté.
  • Néanmoins, les seniors s’ouvrent de plus en plus aux nouvelles technologies et seront à considérer, avec des services adaptés.
  • Les services contextualisés et de proximité auront la préférence!

Il devient évident de plus en plus évident que le commerce électronique est une stratégie de croissance efficace pour les entreprises agroalimentaires, si l’approche est réfléchie et canalisée.

Nous pouvons vous accompagner dans vos démarches, tant au niveau stratégique, opérationnel que technologique.

 Contactez-nous : Yann SADOK – 418.559.5640, info@transformationnumerique.ca

Vous êtes un professionnel des produits agroalimentaires?
Demandez à suivre avec l’UPA notre formation sur comment aborder le commerce électronique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s