L’internet des objets : quoi faire avec cette « bêbête » là? – partie 1


Même si, comme précédemment je l’ai exposé – il reste de nombreux défis à relever, l’internet des objets est de plus en plus présent dans nos vies et au sein même des stratégies de nombreuses entreprises. L’acquisition de Nest par Google dans les dernières semaines en est un exemple.

Pour rappeler de quoi parle-t’on : »L’internet des objets et notamment le « wearable device » c’est le mariage des objets (tous), du Web, de la connexion 24/7, des senseurs intelligents disposés ça et là (en ville, sur les routes, dans les champs, sur vous…), de la multitude des données transmises, structurées et non structurées, des canaux de télécommunication, des centres de données, de l’infonuagique, de la mobilité… « . Mais que faire de toute cette technologie en grand devenir?

Les champs d’applications sont vastes, touchant autant le consommateur dans son quotidien que le monde de l’entreprise dans ses activités, mais, selon la compagnie McKinsey, on pourrait les présenter dans 2 grands domaines applicatifs :

  • La collecte d’informations et l’analyse
  • L’automatisation et le contrôle

Partie 1 : La collecte d’informations et l’analyse

Les entreprises commencent à déployer de façon ciblée des applications qui vont générer des informations souvent contextualisées et vont les aider à mieux gérer la prise de décision. Mais l’usage à grande échelle n’est pas encore là. Voici quelques exemples applicatifs :

Effectuer des suivis, analyser les comportements

Lorsque les capteurs sont intégrés dans des produits, les entreprises peuvent suivre les mouvements de ces produits et même contrôler les interactions avec eux . Ainsi les modèles d’affaires peuvent être ajustés pour profiter de ces données comportementales .

On peut penser, présentement, à certaines compagnies d’assurance qui offrent à leur clients des solutions embarquées dans les voitures pour ajuster les coûts des assurances (Ajusto de Desjardins au Québec, par ex.). Le modèle d’affaires n’est plus  seulement basé sur des critères de résidence, d’âge et de type de véhicule, mais aussi  sur le  comportement du conducteur, les risques liés aux horaires, itinéraires, le mode de conduite et bien d’autres critères contextuels.

Au niveau des consommateurs, on peut imaginer suivre les comportements d’achats et après inscription à un service, pouvoir suivre le client et lui proposer des réductions et promotions sur des produits, en lien avec ses achats effectués précédemment. Voir même reliés à sa liste d’épicerie produite par son réfrigérateur intelligent!

Au niveau du B2B, bien sûr on peut améliorer la logistique dans les entrepôts, en suivant de plus près les produits par fréquence radio, optimiser les parcours de livraisons selon la demande, le plan de route, le trafic. Mais on peut imaginer aussi les fabricants de produits pouvoir surveiller en ligne et en temps réel, l’usure d’un produit : dans l’aviation, le transport, en fait partout. Et dans ce cas intervenir selon le besoin pour l’entretien et la réparation voire anticiper un bris ou un dégât.

La connaissance de la situation présente

Un grand nombre de capteurs déployés dans des infrastructures (routes, ponts, bâtiments, champs, etc. ) peut permettre de connaitre en temps réel l’état de situation des infrastructures ou des conditions climatiques et ainsi d’obtenir une visualisation de pointe des données selon des critères variés.

On pourrait par exemple mieux gérer le trafic et prévoir les risques de congestion et donc optimiser le routage, ou utiliser ces données au niveau de la sécurité des infrastructures (climat, vibrations, etc.).

Au niveau de zones réglementées détecter les intrusions ou accès non désirés – ce qui déjà existe grandement, pour les forces de l’ordre les capteurs sonores pourraient permettre de mieux détecter les origines de coups de feu par ex. selon des données plus précises et croisées…

Pour les agriculteurs mieux détecter les conditions climatiques et ainsi gérer à  distance  – et voire même de façon automatisée réduisant ainsi les excès – l’arrosage des champs. Fujitsu présente (en anglais)  quelques-unes des applications possibles et déjà en contrôle avec ses technologies.

Aide à la prise de décision par l’analyse des données

L’internet des objets peut également soutenir à plus long terme , la planification humaine et la prise de décision plus complexe.

Dans l’industrie pétrolière, du gaz et des minerais, les prochaines phases de l’exploration pourraient s’appuyer sur de vastes réseaux de capteurs placés dans la croûte de la terre permettant ainsi une lecture plus précise de l’emplacement, de la structure et des dimensions des champs potentiels, que les méthodes employées présentement . On réduirait ainsi les coûts de recherche et les dégâts écologiques issues de fouilles intensives.

Dans le commerce de détail on pourrait prévoir les comportements d’achats des consommateurs, mieux gérer l’achalandage et la présentation des articles selon les degrés analysés de perception et d’intérêt des clients.

Mais c’est sans aucun doute dans le domaine de la santé que l’utilisation de l’internet des objets pourrait très rapidement offrir des gains considérables, tant pour les patients, les médecins que le système de santé dans son intégralité. L’utilisation des capteurs et la liaison en temps réel avec les données offrent des possibilités de contrôle du comportement et des symptômes d’un patient en temps réel et à un coût relativement faible, ce qui permet aux médecins de mieux diagnostiquer la maladie et de prescrire des schémas thérapeutiques adaptés. Les capteurs placés sur le patient peuvent surveiller plusieurs des signes vitaux et ciblés à distance et en permanence, donnant aux praticiens les alertes précoces de conditions se dégradant et pouvant conduire à des hospitalisations non planifiées. Une meilleure gestion des troubles de santé anticipés pourrait réduire l’hospitalisation et les coûts de traitement de plusieurs milliards de dollars par an dans la plupart des pays.

Prochain article : L’internet des objets : quoi faire avec cette « bêbête » là?

Partie 2 : L’automatisation et le contrôle

Publicités

3 réflexions sur « L’internet des objets : quoi faire avec cette « bêbête » là? – partie 1 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s